Biorisques

Avant 2020, très peu d'entre nous s'inquiétaient des pandémies. Aujourd'hui, nous avons tous fait l'expérience d’un tel événement qui affecte notre vie quotidienne. En 2023, plus de 20 millions de morts supplémentaires étaient associées au Covid-19.

Bien que le COVID-19 ait été terrible pour la santé humaine et l'économie mondiale, il est possible qu'une future pandémie soit encore plus dévastatrice. C'est pourquoi nous pensons que la préparation aux pandémies est l'un des meilleurs moyens d'empêcher de graves pertes humaines, ainsi que des dommages sociétaux et économiques..

La biosécurité, au sens large, est un ensemble de méthodes destinées à protéger les populations contre les substances biologiques ou biochimiques nocives. Il y a un large éventail de risques biologiques, mais cette page est spécifiquement axée sur la réduction des risques biologiques catastrophiques à l'échelle mondiale (GCBR). Un GCBR est un événement biologique d'une ampleur sans précédent qui menace la survie ou la prospérité de l'humanité, comme une pandémie qui tue une fraction importante de la population mondiale.

Pourquoi est-ce important ?

Être préparé face à de futures pandémies pourrait être une question de vie ou de mort pour l'humanité, ce qui fait de la biosécurité une cause qui nous concerne tous, mais pourtant souvent négligée, alors qu'il existe des solutions à mettre en œuvre. 

Quels sont les risques encourus ?

Il existe un certain nombre de types différents de GCBR. Au niveau le plus large, nous distinguons deux types de pandémies : l'une est due à des agents pathogènes naturels, l'autre à des agents pathogènes créés par l'homme (qui peuvent être relachés accidentellement, ou intentionnellement).

Agents pathogènes naturels

L'événement le plus meurtrier de l'histoire a probablement été une pandémie naturelle : la peste bubonique a ravagé l'Europe et certaines parties de l'Asie et de l'Afrique entre 1346 et 1353, tuant environ 38 millions de personnes, soit à peu près 10 % des humains en vie à l'époque - et près d’un tiers de la population européenne.

Certains éléments de la vie moderne augmentent ce risque : grande densité de population, interconnexions au niveau mondial… D’autres éléments nous protègent mieux : meilleure hygiène et assainissement, médecine fournissant des traitements et vaccins efficaces, meilleure compréhension des mécanismes de développement et de transmission des maladies…

Une tendance récente est inquiétante : d’après l’IPBES, le GIEC de la biodiversité, 75% des nouvelles maladies qui apparaissent aujourd’hui sont des zoonoses, c’est-à-dire qu’elles proviennent des animaux. Le Sida, Ebola ou Zika en font partie. Trois facteurs majeurs en sont à l’origine : la destruction du milieu de vie des animaux sauvages (notamment la déforestation, dont la plus grande cause est la consommation de viande), le commerce d’animaux sauvages, et notre proximité avec les animaux d’élevage. L’élevage intensif est un terrain d'entraînement propice aux nouvelles maladies, à cause de la promiscuité et des mauvaises conditions de vie des animaux. De plus, l’utilisation massive d’antibiotiques dans ces élevages intensifs est la cause principale d’antibiorésistance (résistance aux antibiotiques) chez l’humain - une étude de 2013 estime que plus de 1500 décès annuels dans l'Union européenne sont directement liés à l'utilisation d'antibiotiques pour les volailles. Voir cet article pour en savoir plus.

Lors d'une enquête informelle menée auprès des participants à une conférence sur les risques catastrophiques mondiaux en 2008, le répondant médian a estimé que d'ici 2100, une pandémie naturelle avait 60% de chances de tuer au moins 1 million de personnes, 5% de chances de tuer au moins 1 milliard de personnes et 0,05% de chances d'entraîner l'extinction de l'humanité (même s’il y a des désaccords et incertitudes entre experts).

Pathogènes artificiels

Plusieurs chercheurs estiment que les agents pathogènes artificiels représentent un risque plus grave que les agents pathogènes naturels. Un acteur non-étatique ou un gouvernement suffisamment compétent pourrait modifier des propriétés telles que la transmissibilité, la létalité ou la durée d'incubation d’un pathogène, afin d'accroître ses dommages potentiels. Ces inquiétudes sont exacerbées par des tendances récentes:

Notamment, les progrès réalisés par les IA rendent plus facile la création de ces armes biologiques. En 2021, deux chercheurs ont modélisé plus de 40 000 toxines en quelques heures, sur un macbook de 2015. Certaines étaient plus létales que VX, un agent chimique utilisé par les services secrets pour faire des assassinats, et dont une seule goutte sur la peau peut tuer quelqu’un en 20 minutes. Ils ont simplement utilisé un générateur de molécules et inversé les filtres de toxicité (en pratique, cela consiste à changer un 0 en 1). Les données étaient principalement Open Source, suggérant que d’autres personnes auraient pu faire de même.

Les tendances actuelles suggèrent que d’ici une décennie, des milliers de personnes seraient capables d’accéder aux informations nécessaires pour à eux seuls créer de nouvelles pandémies. Les risques peuvent émerger soit suite à une fuite accidentelle d’un laboratoire, soit liée à la propagation intentionnelle d’un acteur non-étatique ou agent hostile.

Fuite de laboratoire

Dans une présentation lors d'une conférence à Malte en 2011, le virologue néerlandais Ron Fouchier a décrit comment son équipe avait réussi à créer une nouvelle souche contagieuse de H5N1, le sous-type de virus responsable de la grippe aviaire. Bien que le H5N1 tue environ la moitié des personnes qu'il infecte, il n'est heureusement pas transmissible entre humains. Le Dr Fouchier a cependant expliqué que son équipe avait "fait muter le H5N1", puis l’on transmis à une série de furets (animaux souvent utilisés pour modéliser la transmission de la grippe chez l'homme). Après 10 furets, le virus avait acquis la capacité de se propager d'un animal à l'autre, tout comme la grippe saisonnière.

De telles expériences sont très préoccupantes, notamment en raison de la possibilité d'une fuite. Le groupe de Fouchier a travaillé dans un laboratoire de niveau de biosécurité 3 (BSL-3), le niveau requis pour les microbes causant des maladies graves par inhalation. Marc Lipsitch et Thomas Inglesby estiment que le risque de fuite dans un laboratoire BSL-3 est de 0,2 % par année-laboratoire. Cette probabilité semble "faible", mais elle est à comparer avec les impacts que cela peut avoir (on parle d’une pandémie comparable à celle du COVID-19, avec un taux de létalité dix fois plus élevé). En effet, les auteurs estiment que chaque année-laboratoire d'expérimentation d'un tel virus grippal virulent et transmissible peut entraîner la mort de 2 000 à 1,4 million de personnes.

Des agents pathogènes dangereux peuvent être (et ont été) étudiés et modifiés dans le cadre de la recherche militaire. Le programme Biopreparat de l'Union soviétique a été le programme de guerre biologique offensive le plus important, le plus efficace et le plus sophistiqué de l'histoire. Il a employé des dizaines de milliers de scientifiques et de techniciens dans un réseau d'instituts de recherche et d'installations de production clandestins, et a stocké et militarisé plus d'une douzaine d'agents viraux et bactériens, dont la variole et la peste. Le programme a été associé à un nombre important de fuites accidentelles d'agents pathogènes, notamment un anthrax en aérosol qui a tué plus de 60 personnes dans une ville voisine.

Si un programme d'armes biologiques d'une ampleur comparable existait à l'avenir, d’après les estimations de Lipsitch et Inglesby, une fuite accidentelle d'agents militarisés aurait lieu en l'espace de quelques dizaines d'années. Les fuites de Biopreparat n'ont pas entraîné de pandémie mondiale parce que le programme soviétique s'est concentré presque exclusivement sur des agents non pandémiques. Cette concentration a été motivée par les limites de la technologie des années 1980 plutôt que par une certaine retenue. Avec la biotechnologie contemporaine, la recherche d'armes biologiques par un acteur étatique doit être considérée comme l'une des sources les plus préoccupantes de GCBR.

Utilisation intentionnelle

Divers groupes radicalisés et organisations terroristes ont exprimé leur intention d'utiliser des armes biologiques ou des agents pathogènes dangereux à des fins destructrices. Certains sont passés à l'acte, comme la secte apocalyptique Aum Shinrikyo, qui a tué 13 personnes et en a blessé des milliers d'autres en 1995 en organisant un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo.

Il est difficile d’estimer la probabilité d’une utilisation intentionnelle, étant donné que peu de données sont disponibles, les estimations qui suivent contiennent une part de spéculation. D’après l'enquête mentionnée plus haut, l’expert interrogé médian estimait que des pandémies artificielles avait 30% de chances de tuer au moins 1 million de personnes, 10% de chances de tuer 1 milliard de personnes et 2% de chances de provoquer l'extinction de l'humanité d'ici à 2100.

Vous pouvez voir plus de détails et d’estimations sur cette page.

Vous pouvez également regarder la vidéo de la chaîne francophone The Flares à ce sujet :  L'ère du bioterrorisme : Quand créer des pandémies devient un jeu d'enfant.

La biosécurité est-elle négligée ?

À première vue, la biosécurité, telle qu'elle est généralement définie, ne semble pas être un domaine particulièrement négligé. Même avant la pandémie de COVID-19, le gouvernement fédéral des États-Unis y consacrait environ 3 milliards de dollars américains par an.

Toutefois, cette image est quelque peu trompeuse, car certains sous-domaines sont très négligés. Par exemple, la Convention sur les armes biologiques (BWC) de 1972, qui est le principal traité de désarmement de ce type, est gérée depuis 2006 par une unité qui dispose d'un budget inférieur à celui d'un McDonald's moyen (notamment en raison de défis géopolitiques majeurs). De plus, jusqu’à récemment, les discussions sur les biorisques entraînant des millions de morts étaient taboues. En conséquence, l’essentiel des efforts dans le domaine de la biosécurité ne sont pas axés sur les GCBR.

Peut-on faire des progrès sur ce sujet ?

Les experts estiment que la réduction des GCBR est "potentiellement tractable" (voir ce rapport, page 323), et selon 80 000 heures, la biosécurité est "modérément tractable". Il y a deux obstacles importants dans le domaine.

Le premier est que la biosécurité est souvent à double usage (dual use), c'est-à-dire qu'elle peut être utilisée pour faire le bien comme pour faire le mal. Par exemple, un travail de recherche contre les pandémies naturelles implique de comprendre comment elles se propagent, mais cette information peut aider quelqu’un souhaitant faire une pandémie artificielle.

Deuxièmement, les débats sur ces questions peuvent souvent constituer un “information hazard”, c'est-à-dire un risque lié à la diffusion de l'information. Comme le développement dans ce domaine ne nécessite pas d'équipements complexes et coûteux (au contraire des installations nucléaires), il suffirait à un acteur malveillant d'apprendre le potentiel destructeur d'une technologie pour augmenter considérablement le risque. Par exemple, Al-Qaïda a décidé de lancer un programme de bioterrorisme uniquement parce que, comme le raconte Ayman al-Zawahiri, "l'ennemi a attiré notre attention sur [les armes biologiques] en exprimant à plusieurs reprises son inquiétude quant au fait qu'elles peuvent être produites simplement".

Comment contribuer à réduire ces risques ?

Il existe plusieurs interventions prometteuses pour réduire les risques liés aux armes biologiques. Open Philanthropy a rédigé un rapport complet sur les GCBR, qui se concentre principalement sur les agents pathogènes viraux (ce ne sont pas les seuls organismes concernés, mais ils sont très transmissibles et virulents, et nous disposons de traitements limités contre eux).

Le rapport présente plusieurs objectifs prometteurs qui, s'ils sont atteints, diminueraient le risque:

  • Assurer une plus grande disponibilité d'une gamme de composés antiviraux.
  • Réduire à moins de 100 jours le temps qui s'écoule entre la découverte d'un nouvel agent pathogène et la possibilité de lui conférer une immunité (par exemple avec un vaccin).
  • Améliorer notre capacité à contenir de manière fiable les agents pathogènes dangereux.
  • Permettre un séquençage métagénomique à grande échelle qui nous permette de détecter de manière fiable les épidémies. 

Cette dernière option peut être particulièrement prometteuse Carl Shulman a fait valoir que la mise en œuvre d'une surveillance continue des nouveaux agents pathogènes, suffisante pour éliminer virtuellement les GCBR, devrait être à la portée de la plupart des gouvernements d'ici quelques décennies, sur la base des tendances à la baisse des coûts du séquençage de l'ADN évoquées plus haut.

D'autres interventions plus larges ont été proposées pour réduire les risques de maladies infectieuses graves, notamment:

  • Améliorer la planification des scénarios de GCBR.
  • Favoriser la prise de conscience et une culture de la sécurité parmi les chercheurs en biotechnologie.
  • Améliorer les méthodes d'évaluation des risques et exiger que les recherches potentiellement dangereuses fassent l'objet d'une évaluation avant d'être approuvées.
  • Développer et renforcer les normes internationales en matière de biosécurité (voir ici, ici ou ici).

Y a-t-il des raisons de ne pas prioriser cette cause ?

Certains décident de ne pas prioriser le sujet, pour les raisons suivantes:

Vous estimez qu’il existe des risques encore plus graves

Vous faites peut-être partie de ceux qui pensent que d’autres risques présentent un risque plus élevé de catastrophe existentielle (par exemple ceux liés à l'IA). Si vous préférez soutenir un domaine ayant moins d’incertitudes, vous pouvez également soutenir d'autres causes, avec des solutions mieux comprises.

Vous avez des incertitudes

Les arguments en faveur de la biosécurité reposent en grande partie sur des spéculations et des jugements subjectifs concernant un certain nombre de questions clés. Par exemple, quelle est la probabilité qu'un groupe, un agent ou un État décide d'utiliser des armes biologiques ? Quel est l'impact des travaux menés dans le domaine de la biosécurité traditionnelle par rapport aux travaux axés spécifiquement sur les GCBRs ? Quelle doit être la gravité d'un événement biologique pour qu'il menace de provoquer une catastrophe mondiale ?

Organisations prometteuses sur ce sujet

De nombreuses associations font un travail remarquable sur ces questions. Nous avons réalisé une liste d'organisations à fort impact dans la section dédiée de notre page sur le don efficace, que nous vous encourageons à consulter.

Par ailleurs, nous avons réalisé un travail de recherche visant à identifier des organisations particulièrement prometteuses dans ce domaine en France, à qui il serait possible de donner. Néanmoins, nous n’avons pas réussi à en identifier avec un degré de certitude suffisant pour une recommandation, pour plusieurs raisons. 

Tout d’abord, nous avons eu du mal à contacter les experts ayant une bonne vision du domaine - ils sont en effet chargés. Ceux qui ont répondu à nos sollicitations ne voyaient pas d’association sur ce sujet dont ils étaient suffisamment confiants pour une recommandation. Par exemple, aucune organisation française n’était présente à la Convention sur les armes biologiques en 2022 (à part iGEM, dont le siège est à Paris). Il existe des organismes de recherche contre les maladies en France qui font un travail de qualité, comme l’Institut Pasteur, qui dispose d’une Cellule d’Intervention Biologique d’Urgence, mais ils disposent de fonds et sont comparativement peu négligés.

Travailler dans ce domaine d’action

De nombreuses opportunités de carrières existent dans ce domaine. La biosécurité et la préparation aux pandémies sont multidisciplinaires, et pour faire face à ces menaces de manière efficace, il y a besoin a minima :

  • Des chercheurs pour étudier et développer des outils de contrôle des épidémies, tels que des tests et des antiviraux, à la fois sur les aspects techniques et biologiques 
  • Des chercheurs en stratégie et des prévisionnistes pour élaborer des plans, par exemple sur la manière de mettre au point ou d'augmenter rapidement la production de vaccins
  • Des personnes au sein des gouvernements pour adopter et mettre en œuvre des politiques visant à réduire les menaces biologiques. L‘angle de la sociologie et de la politique manquent actuellement, et il faut des personnes mettant l’accès sur la prévention des pandémies, pas juste leur gestion. 

Globalement, nous vous recommandons de consulter la page de 80,000 Hours qui offre des conseils de carrière, y compris sur la lutte contre les pandémies, pour voir si vous pouvez contribuer à ce domaine, ou si vous pouvez acquérir les compétences nécessaires. 

Ils répertorient également des offres d'emploi sur cette page.

En France, il y a un bon lien entre le côté institutionnel (ex. Santé publique France - qui maintient un système de surveillance épidémiologique) et la recherche (ex. Institut Pasteur - à la pointe de la lutte contre les maladies infectieuses). De plus, de nombreux organismes institutionnels français s’intéressent aux questions de biosécurité (la DGA, SGDSN, DGRIS, ANSES…). Travailler en laboratoire (pour se former ou faire des recherches) peut être un bon angle d’approche : les laboratoires membres de l’initiative PREZODE s’intéressent aux zoonoses, et ceux de l’initiative PROMISE s’intéressent à l’antibiorésistance.

Un membre du domaine avec lequel nous avons échangé nous a dit que le domaine contenait deux casquettes : des scientifiques, des spécialistes de la politique, ou les deux. Son conseil pour les scientifiques est de s'intéresser au domaine de la diplomatie, car c'est là que l'essentiel des choses a lieu. Il n’y a pas de voie royale, il faut être assez flexible, curieux, interdisciplinaire.

Travailler dans le secteur de la biotechnologie est également un moyen de se former au domaine et de contribuer à la mise en place de meilleures pratiques de sécurité. La France contient des pionniers du secteur (par exemple DNA Script, Eligo Bioscience, JOGL, Hugging Face).

Du côté de la recherche en France, EffiSciences est une organisation qui promeut la recherche engagée. Il s’agit d’une des seules organisations en France disposant d’un pôle sur les biorisques. Ils ont une liste des projets de recherche à réaliser, et cherchent des profils dans ce domaine. Si ce sujet vous semble important, nous vous conseillons de les contacter - ils pourront vous orienter.

En savoir plus

Ressources

En français, nous avons réalisé une traduction de la page de 80 000 Hours, "Comment éviter des pandémies catastrophiques" qui traite notamment des carrières.

Le Forum Altruisme Efficace est un lieu d’échanges et de discussion portant sur ces sujets (en anglais). La section Biosécurité et Pandémies contient des ressources introductives sur le sujet, ainsi qu’une liste des posts considérés comme étant parmi les plus intéressants. Il y a également une section Bioéthique.

Une liste complète de choses à lire sur le sujet se trouve dans A Biosecurity and Biorisk Reading List, qui recense tout un ensemble de ressources, formations, conseils...

Nous recommandons également les ressources suivantes (en anglais):

Communautés sur le sujet

Comme mentionné ci-dessus, EffiSciences dispose d’un pôle biorisques en France, et peut fournir des contacts sur le sujet.

Programmes

Pour les étudiants, des formations existent sur le sujet en France - notamment un Master "Maladies Infectieuses Émergentes" prévu pour 2023 à la Sorbonne. Un séminaire sur le sujet est également mené à l’ENS Ulm.

En ligne, il y a notamment la formation Biosecurity fundamentals de Blue Dot Impact, ou Next Generation Biosecurity

D’autres programmes internationaux, existent, tels que : 

Vous rendre au "jamboree" de la compétition iGEM, à Paris, est également un bon moyen de rencontrer des experts dans le domaine de la biologie synthétique.

Si vous hésitez à approcher ce domaine, cet article résume des projets que l'on peut faire en moins de 2 jours pour explorer à quel point le domaine peut vous convenir.

Vos commentaires

Aidez-nous à améliorer notre travail – si vous avez des suggestions, contactez Florent via Slack ou envoyez-nous un email.

Cette section est majoritairement une traduction de la page biosécurité du site Giving What We Can (rédigée par Pablo Stafforini), avec des ajouts, modifications, et adaptations au contexte français.